La Maumarcha, c’est pas la route à suivre,
C’est pas une route qui mène à Rome,
C’est souvent enneigé l’hiver.
D’ailleurs, c’est pas une route
Mais un chemin.
La Maumarcha,
La mauvaise marche,
Une marche à pas lent,
Une musique et des chansons faites
ici au pays, au village, en paysan.
Peut-être qu’il y aura des fantômes,
D’autres blues venus d’ailleurs,
Du Cap Vert au Brésil, des campagnes d’ici ou d’ailleurs ;
Des chansons et des chants inspirés par la peine, la colère, la joie d’être ensemble ;
Des langues disparues, des graines à faire pousser ;
Une musique qui a à voir avec la parole donnée
Avec la transmission de mots, de rythmes ;
Une musique qui cherche à créer des liens, à défaire des nœuds,
à faire des racines, à pousser les murs.

Avec la poésie, avec la douceur, avec le rythme qui est tout simplement la vie…